La petite rivière du 1er mai .

Publié le par truitepassion.over-blog.com

La petite rivière du 1er mai .
La petite rivière du 1er mai .

Pour cette petite virée halieutique du 1er mai j'avais dans un premier temps pensé à un cours d'eau que je n'avais pas pêché depuis des lustres, puis le " pas envie", la grosse flemme quoi n'on mené non loin de la maison.

Les adeptes du carnassier était partie vers les eaux de seconde catégories  en nombre, j'étais sûr de ne pas rencontrer grand monde au bord de l'eau en ce lundi, il m'était inutile alors de me lever aux aurores pour me rendre sur les bords de ce qui allaient être un lieu de bonheur halieutique.

C'est donc "tranquille, peinard " non pas à coudé au comptoir comme le chantait Renaud à son époque, mais mon béret sur la tête et la canne à la main que je me rendis au bord de l'eau . Quelques vers, ma canne "Altix" 3,80m dans les mains, les pieds dans l'eau je jette mes premiers coup de ligne dans ce gros gourd. Trois truites plus tard je commence à remonter cette petite rivière en donnant d'ici ou de là quelques coups de canne dans les endroits que je juge les plus favorables. L'eau est froide ( 8 degrés environ), sans être forte ma plombée sera composée de quatre plombs comme souvent en numéro 3,4,5,6.

Je connais cette rivière, l'ayant pêché assez souvent par le passé, mais je n'ai jamais fait ce secteur. Je découvre donc ce tronçon parfois tumultueux, parfois très calme, les profonds jonglent avec les courants lisse.

Je vais passer un moment sans truite mais qu'importe, la petite rivière coule des eaux légèrement trouble suite aux fortes pluies de la nuit, je suis bien. Les oiseaux m'accompagnent le soleil joue à cache, cache avec les arbres, les coups de lignes laissent leur place à d'autres je remonte la rivière avec l'esprit du Sioux.

Je jette ma ligne dans un trou sans importance, un secteur pouvant faire l'objet d'une truite, j'en ressors un "obus" qui viendra au bout de quelques minutes rejoindre la main du pêcheur.

Trente- trois centimètres, une robe de grande dame un pur moment de plaisir. La pose pour la photo , je vais garder ce poisson pour le soir venu, la savourer en papillote sur un lit d'oignons, de tomates , un filet d'huile d'olive et quelques aromates , un délice!!!!!!!!.Le bonheur simple de manger une bonne truite des eaux vives n'en déplaise à certain, ,les bien pensant qui nous croient assez con pour bouffer de la merde .......

Bref la matinée peut s'achever là, je suis comblé par le bonheur de vivre tous ces moments intenses que seul les passionnés ont la chance de vivre.

Les truites vont ensuite venir de plus en plus nombreuses jusqu'à cette immense "fosse" ou croyant que je m'étais accroché après avoir loupé un poisson , je tire sur ma ligne comme un forcené quand soudain je vois mon fil qui commence à se déplacer vers ma gauche.

Ferrage, le combat commence tout aussi magique que pour la première grosse. Après quelques minutes je mets au sec pratiquement sa sœur jumelle, pour la photo et pour mes souvenirs , je vais lui rendre sa liberté, préférant la voir repartir.

Ce ne serra pas le dernier poisson d'autres truites viendront, me régaler, des belles, des moins belles, des petites, mais que des rêves.

Les touches vont petit à petit s'estomper, je donne le dernier coup de ligne, j'enlève mon vers de terre, je plie ma canne téléblocable, nom bonheur et grand, je quitte ce lieu magique le cœur chargé d'émotion, la matinée fut belle et marquée par la prise de quelques beaux spécimens.

Je n'ai pas souvent réussi sur cette petite rivière, parfois faisant seulement quelques poissons, voir même des capots. C'est sans doute ma plus belle partie de pêche sur ce lieu, je pense lier à la monter des eaux dut aux pluies de la nuit.

Il est parfois inutile de se lever aux aurores, de faire des kilomètres pour se faire plaisir et réaliser une belle partie de pêche au creux des montagnes, là où il n'y a que le murmure de l'eau et le chant des oiseaux qui peuvent nous tenir compagnie.

Le bonheur halieutique est parfois là sous nos fenêtres, à porter de canne, il suffit juste de quelques ingrédients des plus magiques pour atteindre la plénitude, le simple bonheur qui nous conduit année, après année dans tous ces endroits où nous pouvons le temps de quelques heures, laisser vagabonder notre esprit aux pays des milles et une truite.

A très vite ..........

La petite rivière La petite rivière
La petite rivière La petite rivière La petite rivière
La petite rivière La petite rivière

La petite rivière

Les autres truites de la matinée.Les autres truites de la matinée.
Les autres truites de la matinée.
Les autres truites de la matinée.Les autres truites de la matinée.

Les autres truites de la matinée.

Commenter cet article

Jacky T 04/05/2017 11:15

Ce que je retiens :

"Il est parfois inutile de se lever aux aurores, de faire des kilomètres pour se faire plaisir et réaliser une belle partie de pêche au creux des montagnes, là où il n'y a que le murmure de l'eau et le chant des oiseaux qui peuvent nous tenir compagnie."

ET OUI l 'herbe est souvent toujours plus verte dans le pré d'à coté, mais le bonheur est dans Mon pré, j 'ai envie de rajouter.

A+ Serge

Jacky T 05/05/2017 10:10

C'est clair Serge tout notre 1/4 Sud Est est trop bien !
Bon W-E

truitepassion.over-blog.com 04/05/2017 19:42

Salut Jacky , ben moi j'ai un grand près , pas aussi grand que le tient mais je ne m'en plein pas !!!!!!!! En plus je suis la seule brebis à y manger l'herbe et mon dieux qu'elle y est délicieuse ........
@+
Serge