Une rivière et quelques truites

Publié le par truitepassion.over-blog.com

Il y a des sorties de pêche où l'on sait au premier pied posé dans l'eau que l'on ne va pas réaliser des miracles. Ou au premier jeter de la ligne à la première dérive, un je-ne-sais-quoi nous fait dire dans un petit coin de notre tête que la matinée risque d'être compliqué.

En ce samedi matin après avoir pêché une bonne demi-heure, à mettre des coups de ligne sans avoir l'ombre d'une touche, sans voir le moindre poisson je savais intérieurement que la matinée aller être difficile, très difficile. Je voulais presque changer de lieux de pêche aller plus en amont ou changer de cours d'eau quand le profil de la rivière va s'améliorer et les truites vont commencer à être présente. Comme quoi les mystères de la nature et de la rivière sont parfois simples, capacité d'accueil égale truite, simple non !!!

Bref, je vais commencer à faire quelques belles truites entre couper de moments sans touches, mais je vais quand même me faire plaisir sur quelques poissons mis dans mon épuisette et répartis dans leur milieu après la photo du pêcheur heureux.

Après quatre heures de pêche, le moment sans touche va continuer un peu trop à mon goût, je vais donc plier ma Pezon 3,90m ranger mon sac à vers de terreau, plier mon bas de ligne et prendre le chemin qui me va me conduire à ma voiture .

La rivière en début de matinéeLa rivière en début de matinée

La rivière en début de matinée

Les truites
Les truites Les truites

Les truites

Je ne vais pas changer de rivière comme je l'avais fait le samedi précédent, je vais rester sur le même cours d'eau, m'occupant à le pêcher quelques kms plus en aval. Je vais le retrouver bien plus cascadeur, avec des courants vifs, de jolis profonds un plaisir pour les yeux et surtout pour le pêcheur que je suis . Je vais troquer ma Pezon light 3,90m contre ma Skaw 3,60m bien plus rigides avec une action de pointe des plus prononcés. Sur ce secteur celui sans doute que je préfère de la rivière je vais y faire quelques poissons, même quelques très jolis poissons, certains me donneront du fil à retordre pour gagner mon épuisette, mais je sortirais à chaque fois vainqueur. L'appât dans une eau à 11 degrés avec un très bon niveau pour ce mois de juin sera encore et toujours Lumbricus terrestres ( nom latin du ver de terre) de petite taille eschée sur un hameçon numéro 10 . Quant à ma plombée elle était composée pour cette matinée de quatre plombs 3,4, 5 suivis à dix centimètres de l'hameçon d'un plomb numéro 6, je rajouterais cependant sur le secteur de la fin de matinée un numéro 6 .

La rivière fin de matinée La rivière fin de matinée
La rivière fin de matinée

La rivière fin de matinée

Les truitesLes truites

Les truites

Ma dernière heure de pêche je vais oublier la plombée, l'hameçon et le ver de terre pour passer à la nymphe. Il y avait longtemps que je voulais essayer, il y avait longtemps que cela me trotté dans la tête , j'avais mis à l'étau cet hiver quelques nymphes pensant déjà le plaisir qu'elles pouvaient m'apporter.

Je ne m'attendais pas à faire des miracles , ni même à prendre un poisson, je vais m'appliquer à pêcher, mais "Bon Dieu " que cela fût dur. Je vais louper en une heure cinq truites, deux de belles tailles qui après un joli ferrage vont rompre le combat et trois autres que je ne vais pas avoir le temps de prendre tellement ces diablesses recrachaient cet appât métallique à vitesse grand V, c'est pire que de pêcher avec des mouches naturelles ou là aussi la touche est très rapide . Comme me disait un jour un jeune pêcheur qui lui aussi c'est mis dernièrement au Toc à la nymphe, il faut avoir des réflexes de "Ninja", de quoi me donner le tournis et pas mal de réflexions sur ma capacité à pêcher une remise en cause quoi !!!!

Une rivière et quelques truites
Une rivière et quelques truites Une rivière et quelques truites

À cela une canne par faite pour cela, bien trop rigide, pas de glisse ou très peu en action de pêche avec une micro plombée. Bien entendu j'arrivais quand même à lancer ma ligne, mais une fois en action de pêche pas de glisse de la ligne, je me retrouve ainsi handicapé avec pas mal de fil dans la main gauche.

Je ne vais pas me plaindre ni abandonner, je peux être satisfait de cette nymphe que j'ai monté et qui a su attirer quelques truites, mais pour le reste il va falloir que je pêche avec une canne plus souple, une canne qui me transmette mieux la moindre petite touche et à force de persévérance je vais finir par y arriver j'en suis sûr.

Il va me falloir de la patience et des heures passées au bord de l'eau, mais d'autres y arrivent pourquoi je n'y arriverais pas !!! Un challenge s'ouvre devant moi je vais le relever, cette technique de pêche ne doit quand même pas être insurmontable pour un passionné . Bien entendu amis pêcheurs si vous aussi vous pratiquez la pêche au Toc à la nymphe tous vos conseils sont les bienvenues, matos conduite de la ligne et autres je vous en serais mille fois reconnaissant.

Pour conclure pêcher au toc à la nymphe avec une trique ce n'est pas si simple, un vieux morceau de fil, quelques plombs, un hameçon et un ver de terre et on prend des truites, alchimie simpliste alors pourquoi ce compliquait la vie. Oui pourquoi là est la question, pourquoi pêcher avec une nymphe alors que l'on sait qu'avec un vers cela fonctionne, pourquoi pêcher cette rivière très capricieuse alors que l'on sait que d'autres le sont beaucoup moins .....

Nous devons être souvent " un peu barré dans nos têtes " pour vouloir chercher la difficulté ...

C'est sur cette réflexion que je vous laisse et je vous dis à très vite sûr d'autres lieux où il fait bon " taquiner " notre belle aux points rouges .

Commenter cet article

Jean-philippe M. 18/06/2016 08:38

salut Serge,

Je vois que tu te mets à la nymphe..bravo..
Oui, c'est pas évident au début, les touches sont discrètes et rapides.. j'ai le même souci et pourtant, dans les pyrénnèes on pêche à l'asticot et à la mouche naturelle souvent et on est habitué aux truites qui vont vite..
Les nymphes que tu nous montres en photo doivent fonctionner, surtout l'imitation porte-bois.
Il faut avoir la phesan tail et l'oreille de lièvre en casqué dans ta boite, et une imitation de gammare.
On est tous entrain d'apprendre cette pêche au toc à la nymphe, j'ai parfois été surpris de cette réussite. Aprés avoir pêcher une plage 2 fois et au 3 éme coup, je tente en nymphe, j'ai été surprisde prendre 2 truites de belle taille (26 et 47 cm) avec une nymphe oreille de lièvre..

jolis poissons et jolis photos, et bientôt de belles truites prises à la nymphe.
a++

truitepassion.over-blog.com 19/06/2016 22:56

Salut JP , les nymphes ne sont pas les miennes , mais prisent sur Google . J'ai dans ma boite 6 mouches que j'ai faites cette hiver , dont la fameuse phesan tail . Oui j'ai entendu la même chose d'amis pêcheurs qui pêchent à la nymphe , parfois ils ne font rien aux vers et avec une nymphe ils arrivent à faire du poisson . Moi je débute , mais je veux bien approfondir cette technique . Merci pour ton commentaire .
@+
SErge

Cypri07 16/06/2016 21:39

Salut Serge !
Je suis certain que tu y arrivera à maitriser cette technique... la preuve, j'arrive à faire de belles pêches avec. Comme tu l'as dit, c'est une question de patience et ça viendra sûrement ;)

truitepassion.over-blog.com 16/06/2016 22:29

Y'a pas de raison , mais il faut que je retrouve mes reflexes de mes 20 ans . C'est bien de bouger un peu les choses on se remet en question en tant que pêcheur et c'est cela qui fait avancer .
@+

Jacky T 16/06/2016 09:28

Salut Serge
tu verras la nymphe quelque fois tu vas vraiment apprécier. Moi cette année je découvre un peu la mouche natu et c'est aussi très interessant j adore, tout comme la sauterelle l an dernier.
A+

truitepassion.over-blog.com 16/06/2016 22:27

J'en suis sûr Jacky , c'est juste une question de temps , de réglage et de patience !!!!!
@+