Le jour J de Simon ...

Publié le par truitepassion.over-blog.com

Le jour J de Simon ...
Le jour J de Simon ...

La truite, cette hérétique :

Les chiffres de la FNPF récents relatifs aux ventes de cartes de pêche 2014, bien que sujets à de nombreux biais d'interprétation, sont un motif de satisfaction. A défaut d'être effectivement le reflet de ce pourquoi on les affiche si haut (un engouement historique sans précédent), ils dénotent quand même très certainement d'un relatif ressaut dans la dégringolade des effectifs de pêcheurs débutée il y a plus de 10 ans. Pour autant, en tant que fervent adepte des salmonidés, je m'interroge sur la réelle signification de cette annonce en matière de pêche de la truite, ne pouvant m'empêchent de constater (déplorer!) la mince ferveur véhiculée par ce salmonidé auprès des plus jeunes, tant il peine à exister au milieu de la marée due au phénomène "pêche aux leurres". La majeure partie du recrutement est sans nul doute attribuable à l'attractivité (pérenne ?) qu’exercent actuellement les techniques modernes aux leurres. Les valeurs consuméristes et technologiques qu'elles véhiculent, bien dans l'air du temps, seront sans doute déplorées par certains, certes, mais elles ont le mérite d'apporter un peu de renouveau et de fraîcheur dans un microcosme un tantinet vieillissant. Boudée par les nouveaux arrivants, la truite reste en marge de la mode, et ne parvient pas véritablement à se fondre dans le moule qu'on lui propose actuellement. La volonté de dépoussiérer son image en l'assimilant aux carnassiers ne fait en réalité que souligner sa singularité :

L'avidité de technologie qui transcende les nouvelles générations n'est pas réellement à même d'être satisfaite, tant les nouveautés ne concernent ici que quelques éléments marginaux de l'équipement (quelques cannes ou leurres tout au plus...) et n'entraînent qu'un gain d'efficacité modeste (comparées aux perspectives indiscutables qu'offrent les nouveaux équipements en terme d'approche des carnassiers en grands milieux par exemple). De même, les techniques porteuses pour le carnassiers perdent parfois le haut de l'affiche quant il s'agit de cibler les Salmonidés, celles qui misent sur l'effet appât naturel (mouche et toc) étant plus régulièrement efficaces.

En matière d'éthique aussi, les syndromes sont contagieux : Au niveau du rapport à la taille par exemple, la philosophie du "specimen hunting", qui fait des émules chez les traqueurs de brochets records, influence les aspirations des nouveaux arrivants dans le monde de la truite. Ces derniers ne sont pas toujours capables de faire la part de choses et de rester rationnels dans leurs attentes. Dans les milieux de montagne où elle est de plus en plus confinée, la truite fario grandit lentement. Les gros spécimens, que certains érigeraient bien en norme, ne sont le résultat que de particularités écologiques comme certains milieux karstiques par exemple. Penser "grosses truites" (ou "big fish" comme on dit aujourd'hui), sans tenir compte du biotope conduit à de grosses frustrations, qui se transforment souvent en rejet d'un système très attrayant à bien d'autres égards (pourquoi ne pas faire de la qualité de la souche le leitmotiv propre du pêcheur de truite ?). Sur la majorité du linéaire de première catégorie français, il faut se rendre à l'évidence : la croissance des poissons reste faible et le gâteau à se partager maigre, comparativement à quelques Eldorado qu'on nous vante très souvent sans discernement.

Géographiquement éloignée du pêcheur urbain, profondément anti-consumériste et trop prosaïque pour le pratiquant bling-bling, la truite reste un poisson marginal de nos jours. Pour autant, faut-il se résigner à voir les rangs s'éclaircir le long des berges de 1ère catégorie ? La truite n'aurait-elle pas d'autres atouts, plus profonds et spirituels que la création d'une soif matérielle?

La truite est au carrefour de tout ce que la Nature a produit en termes de poissons d'eaux douces, ce qui en fait la cible de toutes les techniques de pêche. Chacune d'elle permet d'appréhender l'une des facettes de son comportement. Moins fantasque que certains carnassiers par nature (qui s'en plaindra ? pas le pêcheur cartésien que je suis!), elle se trouve en densités encore importantes dans bons nombres d'endroits. Ainsi, la compréhension des mécanismes qui régissent son comportement devient à la portée de tout pratiquant persévérant et désireux de creuser le sujet, sans débauche équipementière. Sa capture régulière n'est pas soumise au côté aléatoire de densités piscicoles faibles mais le fruit de réflexions passionnantes et à la portée de tous.

L'aspect primitif et épuré de ses pêches ne la condamne pas toutefois à l’archaïsme : Aujourd'hui, la truite fario n'est plus seulement l'apanage de quelques empaleurs de gros lombrics aux montages grossiers, les techniques évoluent au fil des ans : la pêche au toc en est le parfait exemple.

Cette technique, parfois encore considérée comme la pêche à papa brutale, a été transfigurée au cours des 20 dernières années. Au niveau du matériel par exemple, la ressemblance avec la mouche se fait de plus en plus présente : les cannes s'affinent et se raccourcissent, apportant un confort bienvenu sans sacrifier l'efficacité. Au sein même des nouvelles générations de pêcheurs, quelques voix communiquent de ci de là, sur la subtilité de cette technique, tellement exigeante en termes de lecture d'eau et de conduite de ligne. Voir par exemple un Sylvain Legendre vanter depuis longtemps les attraits de la pêche aux appâts naturels sur son blog, entre deux reports de sorties aux commandes d'un bateau qui ferait pâlir le plus ancestral des tocqueux, a de quoi réjouir et montre bien que la truite a un potentiel de séduction évident, à condition de faire fi des clichés qui n'ont aujourd'hui plus lieu d'être !

Au delà de la pêche au sens de technique, pêcher la truite devient aussi un prétexte à se retrouver dans des endroits grandioses et sauvages, que nos sociétés n'ont pas encore massacrés. La perspective d'un essoufflement de l'engouement apparaît comme une réelle inquiétude face aux menaces qui planent sur les milieux aquatiques de montagne. Les pêcheurs ont sans aucun doute un réel rôle à jouer dans la défense des derniers milieux fonctionnels, en passe d’être intubés sous l'autel d'une pseudo énergie verte et entachés par une société de loisirs de masse, toujours plus prolifique lorsqu'il s'agit d'inventer de nouvelles activités lucratives (le ruisseling en est la dernière illustration). Tachons de promouvoir la truite dans l'hexagone pour ses nombreux atouts singuliers, en particuliers ses différentes souches à valeur patrimoniale (car des truites de souche, il y en a encore !) et les milieux contrastés où on les trouve, reflet de l'incroyable diversité écologique française !

Bonne ouverture à tous !

Vous pouvez retrouver les textes de Simon dans la revue "Salmo" , ainsi que sur le site de Garbolino :

Commenter cet article

Flandin jean louis 10/03/2015 08:06

..belle page , merci pour cette ode à la pêche à la truite !

oui le truite est une super pêche, mais quelle que soient les techniques, pas de honte! au toc, au vairon manié, à la cuillère, à la sèche, à la Nymphe ...au Tenkara que je vais essayer cette année; Que de moyens de s'amuser et de passer de bons moments au bord de l'eau!
Très bonnes remarques à propos de l'obsession sur la taille, sur les records, on pourrait ajouter sur les vidéos..
Amicalement jean louis

truitepassion.over-blog.com 10/03/2015 08:24

Merci Jean louis pour ces quelques mots , bonne chance pour tes essaies au Tenkara . Je te souhaite une belle ouverture , un grand plaisir au bord de l'eau et une magnifique saison de pêche .
@+
Serge

Jacky T 09/03/2015 10:29

Que d'éloges pour ton texte Serge.Toutes mes félicitations !
Très sincèrement je suis totalement ok avec toi.
Au plaisir de te lire et relire encore.
@+ Jacky T

truitepassion.over-blog.com 09/03/2015 21:23

Salut Jacky
Le texte n'est pas de moi, il est de Simon Scodavolpe qui écrit aussi pour Salmo , il a eu l'amabilité de me faire ce super texte . Je n'ais hélas pas sa syntaxe , mais j'aime beaucoup lire ce qu'il fait . On tient le bon bout mon ami , au plaisir de pêcher avec toi .
@+
Serge